Le Granfondo Nice Côte d'Azur lance idéalement le Challenge des Alpes Maritimes

logo

Le Granfondo Nice Côte d'Azur lance idéalement le Challenge des Alpes Maritimes

Photos Sprinter Club de Nice - JMG Chrono - Christophe Menei

Près de 750 concurrents se pressaient ce dimanche matin devant le siège de Nice-Matin, le grand quotidien du sud-est partenaire de la 2e édition du Granfondo Nice Côte d'Azur. L'épreuve, organisée par le Sprinter Club de Nice, qui avait déjà connu un beau lancement l'an passé a encore grandi. Nice semble tenir sa grande cyclo. Cette épreuve était également la première manche du Challenge Granfondo Alpes-Maritimes qui propose 8 épreuves réparties sur toute la saison, dont une en Italie, et pas des moindres : la Fausto Coppi. Une incroyable dynamique pour un département qui, il y a encore peu, était devenu un quasi désert pour les cyclos.

Le Granfondo Nice Côte d'Azur prend son envol

Après les presque 500 participants de la première année, le Granfondo Nice Côte d'Azur a donc transformé l'essai avec cette deuxième édition en augmentant ses inscriptions de près de 50%. Quasiment 750 concurrents se sont élancés pour cette "balade" dominicale à travers les collines à l'ouest de Nice (Castagniers, Aspremont) avant de revenir vers la vallée du Paillon via le col de Châteauneuf. Si le grand parcours allait à partir de Contes visiter le col Saint Roch (990m), le petit partait directement vers le petit col de Calaisson, récemment visité par Paris-Nice. 129km (pour 2500m de dénivelé) pour les plus affûtés, 100 pour les autres (pour 1800m de dénivelé) avec une succession de "mounta cala" comme on dit dans le coin, qui ne laissait que peu de répit aux organismes.

Du côté du temps, les concurrents auront eu tout ce que la Côte d'Azur peut offrir de plus beau à cette période de l'année : du soleil, des températures d'une incroyable douceur et un ciel bleu... azur évidement.

Pas évident d'organiser dans le secteur, tant la ville de Nice et ses alentours se sont urbanisés ces dernières années. Pour pallier à ce problème, l'équipe d'organisation a mis en place un long fictif (15km) jusqu'au pied de la première côte ainsi qu'un retour non chronométré à partir du deuxième passage à Aspremont jusqu'au point de départ (environ 20km). Un choix qui s'était avéré judicieux l'an passé et qui a donc était renouvelé cette année avec succès. Aucun accident à signaler, un beau coup de chapeau à l'organisation, ceux qui connaissent un peu le secteur savent à quel point les routes peuvent y être sinueuses et les carrefours nombreux ! Quoi qu'il en soit, avant d'arriver à Aspremont il y avait largement de quoi s'amuser et faire la course.

La course justement : celui qui a passé la ligne d'arrivée en premier n'est pas celui qui a gagné, le jeune espoir du club organisateur, Nicolas Thomas, étant 1ère catégorie, n'a pas été classé. C'est donc à Antoine Berlin (Chadam Cycling Team) qu'est revenue la victoire devant Cédric Dubois (Team Granfondo France). Un podium complété par l'italien Luca Fioretti (Scott Team Granfondo).Chez les Dames, ce podium est composé de Annabelle Dietre devant Laurence Reviglio (MS Mandelieu) et Béatrice Richard (St Raphaël Tri)

Sur le petit parcours, c'est Marcelo Carvalho (VC Menton) qui s'impose devant Raphaël Audo et Yoann Rivalan (RO Sanary). La victoire revenant à Mathilde Sahuguet chez les Dames, devant Caroline Scavini (Team SPOC Nice) et Louhanna Duplouy.

Plusieurs coureurs professionnels (Nicolas Roche, Corentin Ermenault, Davide Rebellin...) habitant dans le coin étaient également au départ, offrant cette possible proximité avec nos champions que l'on apprécie tant dans notre sport et que de notre côté nous défendons avec ardeur (ceux-ci n'étant bien entendu pas classés). Pour le reste, le niveau était tout de même très relevé, ce que l'on constate lorsque l'on prend le temps d'éplucher le classement, avec également de nombreux transalpins (Stefano Sala, Enrico Zen...) ayant fait le déplacement.

Le monégasque Antoine Berlin(et oui, Antoine est un "étranger" tout en étant un "local") et Annabelle Dietre s'emparent donc, puisqu'il s'agissait de la première épreuve, des premiers maillots de leaders du Challenge Granfondo Alpes-Maritimes.

A noter également que l'épreuve comptait pour le Granfondo World Tour, dont Stéphane Cognet (Team Granfondo France), 6e du classement scratch, prend les commandes.

LES CLASSEMENTS COMPLETS

 

Le Challenge Granfondo Alpes-Maritimes

L'épreuve niçoise a donc lancé idéalement la 3e édition du Challenge cyclosportif départemental qui a cette année changé d'appelation : pour marquer son internationalisation et son ouverture vers l'Italie, le "Challenge Cyclosportif 06" est donc devenu en 2019 "Challenge Granfondo Alpes-Maritimes".

Ce Challenge est né en 2017 de la volonté du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes de réunir les différents organisateurs d'épreuves de son territoire afin d'échanger, de mutualiser des moyens et in fine de promouvoir les Alpes-Maritimes à travers le vélo. Un territoire qui souffre d'être finalement mal connu et sous-exploité notamment en matière de tourisme à vélo. Une situation sans doute anormale voire injuste tant il est un lieu idéal pour la pratique du cyclisme, et dès que l'on s'éloigne de quelques kilomètres de son littoral très urbanisé, on entre dans un territoire sauvage qui offre aux cyclos un terrain de jeu hors-normes allant jusqu'à... la plus haute route d'Europe à la Cime de la Bonette (2802m).

Une extraordinaire dynamique depuis trois ans

La Bonette, parlons en. C'est finalement la création de la première Mercan'Tour en 2016 sur ce col, qui a redonné une impulsion aux épreuves cyclosportives dans le département. A ce moment-là, la Vençoise restait le seul dernier bastion au milieu d'un quasi désert, beaucoup d'anciennes épreuves disparaissant ou se transformant en randonnées. La dynamique des épreuves estampillées "Mercan'Tour Granfondo" (avec la création de la Turini et de la Madone-Peille en 2017, puis de la Ladies en 2018) a favorisé l'essor de nouvelles épreuves. Ainsi est apparu dans la foulée le Granfondo Nice Côte d'Azur en 2018 et ainsi va apparaître une toute nouvelle épreuve le 14 avril prochain : la Faliconnaise Collines Niçoises.

Mises bout à bout, ces épreuves permettent de visiter la quasi-totalité des vallée du Moyen et Haut Pays, avec au programme tous les plus grands cols du secteur : Bonette, Cayolle, Couillole, Turini, Fauniera, Braus, Porte, Vence, l'Ecre, Madone, Saint Roch...

Une ouverture vers le Piémont et l'Italie

Les liens étroits noués avec les organisateurs de la Fausto Coppi ont également permis d'apporter une des grandes nouveautés de cette saison : l'entrée de l'historique (32e édition cette année) épreuve italienne dans le Challenge. Pourquoi l'Italie me direz-vous? Et bien tout simplement parce que de ce côté-ci de la frontière nous sommes aussi géographiquement dans les Alpes-Maritimes ou plutôt dans les "Alpi Marittime". La proximité historique et culturelle entre le Pays niçois et Cuneo (où se déroule la Fausto Coppi) est un fait, et les deux territoires portent même en commun un projet de classement au patrimoine mondiale de l'UNESCO intitulé les "Alpes de la Méditerrannée". Beaucoup de coureurs italiens ont l'habitude venir courir de notre côté des Alpes et les français représentent la proportion d'étrangers la plus importante sur la Fausto Coppi. C'est donc en toute logique qu'une collaboration "cyclo" a vu le jour. Dans la province de Cuneo, sur les pentes du terrible col de Fauniera, se déroulera donc la 6e épreuve du Challenge, sur cette Fausto Coppi réunissant chaque année près de 3000 participants.

Les épreuves du Challenge Granfondo Alpes-Maritimes

Après le Granfondo Nice Côte d'Azur de ce week-end, le Challenge restera dans le secteur proche de Nice, avec le 14 avril la toute nouvelle "Faliconnaise Collines Niçoises" qui aura à son programme le col de la Porte et l'inédit Mont Chauve (voir notre article dédié).

Ce sera ensuite aux Dames d'être à l'honneur le 5 mai, avec la 2e édition de la Chullanka Ladies Granfondo entre La Gaude et Valberg, une épreuve qui leur est 100% dédiée.

La Vençoise, "classique" du calendrier maralpin, se tiendra elle le 12 mai, avec toujours sa visite du Parc Naturel des Préalpes d'Azur via les cols de Vence, de l'Ecre et de Pinpinnier.

Viendra ensuite la saison de la haute montagne, avec le 16 juin, la Mercan'Tour Bonette DT SWISS à Valberg et son extraordinaire parcours en haute altitude puis la Fausto Coppi le 30 juin à Cuneo. "La Mercan'Tour Turini Officine Mattio" a cette année été déplacée fin août (le 25) avec toujours en point d'orgue ce col de Turini que l'on a vu mis à l'honneur sur le dernier Paris-Nice et qui sera au programme de la 2e étape du Tour de France 2020.

Comme les deux saisons précédentes, le Challenge se clotûrera sur "La Mercan'Tour Madone-Peille" (22 septembre) au sommet de ce col planté au-dessus de Nice et Monaco, surplombant la mer, magnifique résumé à lui tout seul de ce que sont les Alpes-Maritimes.

8 épreuves, ni plus ni moins, ce qui fait aujourd'hui des Alpes-Maritimes le département où le calendrier "cyclo" est le plus dense. Quelle évolution!

 

Vous pouvez vous inscrire sur les différentes épreuves du Challenge sur notre site Granfondo France, via l'onglet calendrier/inscriptions

Commentaires

Revenir en haut de la page