Ruari Grant croque la Madeleine

logo

Ruari Grant croque la Madeleine

Crédits photos - cyclosportive de la Madeleine, Alicia Magnenot, Ruari Grant

Avec son parcours 3 étoiles, la cyclosportive de la Madeleine a fait le plein le week-end dernier. Du monde, de la bagarre, un très beau plateau, tous les ingrédients d'une grande journée de cyclosport étaient réunis du côté de Saint François Longchamps ce dimanche 9 août. Une Madeleine allégrement croquée par le nouveau venu dans le Team Granfondo France, Ruari Grant, qui signait ainsi sa 2e victoire en 2 courses... et en 2 semaines.

"La Madeleine" est sans doute l'une des "cyclos" françaises les plus difficiles lorsque l'on fait le ratio dénivelé/km. En effet, pour son grand parcours, elle propose 4400m de D+ pour un total de "seulement" 135km. Une journée à monter (haut) et descendre, sans beaucoup de temps de répit. Et puis avec ça, des noms de cols qui fleurent bon le Tour de France : Col de la Croix de Fer, Col du Chaussy (par les fameux lacets de Montvernier), col de la Madeleine. Un programme alléchant couplé à un calendrier qui s'est considérablement réduit, et l'on comprend alors aisément le succès rencontré par cette 17e édition de la cyclo savoyarde qui a su s'adapter aux contraintes sanitaires de cette saison placée sous le signe du Covid.

Finalement cette crise permet de mettre en lumière des épreuves de taille plus "réduite", voilà peut-être un des (rares) aspects positifs à mettre au bilan de cette année bien compliquée. Car lorsqu'on jette un oeil aux classés, on se rend compte que la barre des 600 engagés a sans doute été atteinte, ce qui est une vraie réussite. En tout cas une très forte hausse par rapport à l'année précédente. Et une belle récompense pour des organisateurs qui se sont battus pour maintenir leur événement.

Côte course, le plateau était lui aussi à la hauteur : des italiens avaient fait le déplacement dont Paolo Castelnovo (ex-vainqueur de la Fausto Coppi), Carlo Fino et Tommaso Electtrico (ex-champion du monde Granfondo UCI en 2018) ou encore la jeune Annalisa Prato chez les Dames. Tim Alleman, Rodolphe Lourd (vainqueur sortant) et notre nouvelle recrue Ruari Grant complétaient ce peloton de favoris.

Après une quarantaine de 40km dans la vallée, nerveux comme il se doit en ce genre de circonstances, les concurrents attaquaient donc le col de la Croix de Fer. A partir de là, il n'y aura plus un mètre de plat à se mettre sous la dent. Le profil altimétrique entrait en mode "dents de scie". Dès le matin, la chaleur se faisait sentir et Ruari Grant qui perdait un de ses bidons dès les premiers kilomètres témoignera de son inquiétude à ce moment-là. Sans conséquences finalement, nous le verrons...

Dans la Croix de Fer c'est Carlo Fino qui mènait le tempo et la sélection se faisait par l'arrière, sans véritables attaques. Rapide ravitaillement au sommet, descente via le Glandon et avant d'attaquer le col du Chaussy (au moment où se séparaient les parcours 120 et 135km), c'est un groupe de 6 hommes qui mènait la course. Carlo Fino (qui a bifurqué sur le parcours de 120km sur lequel il va finalement prendre la 2e place derrière Alexandre Perier) mais aussi Castelnovo n'étaient plus là. Ce dernier ne finira d'ailleurs pas la course. C'est dans ce col et ses célèbres lacets que Ruari Grant allait faire la différence, Tommaso Elettrico étant le dernier à lui résister, avant de céder lui aussi. Le britannique du Team Granfondo France allait ensuite s'offrir une petite poussée d'adrénaline, chutant par deux fois dans la descente mais réussissant malgré tout à conserver son avance jusqu'au sommet de la Madeleine.

Et quelle avance! 5'33" sur Tim Alleman (Team Grinta! GF) et 7'32" sur Tommaso Elettrico. Le vainqueur sortant, Rodolphe Lourd, 4e et auteur lui aussi d'une belle prestation avec un temps très inférieur à celui de sa victoire de l'an passé, était repoussé à 8'48". De quoi donner une idée sur la performance du nouveau coureur du Team Granfondo France, qui s'avouait lui-même un peu surpris par cet état de grâce, et qui signait ainsi sa deuxième victoire en deux week-end après son succès à la Trilogie de Maurienne. Ce grand amateur de pizza allait donc pouvoir en engloutir quelques une pour fêter ça... mais aussi soigner celles laissées par son petit tour sur l'asphalte avant son rendez-vous du week-end prochain à la "Châtel-Chablais Léman Race".

Notons chez les Dames, malheureusement assez peu nombreuses lorsqu'on analyse les classements, la victoire d'Annalisa Prato (Team Colpack) à une très belle 50e place scratch sur le grand parcours. Belle performance également pour Marie Lafleur (ECSEL) qui l'emportait sur le parcours de 120km en prenant une belle 29e place au scratch.

Cette édition de la Madeleine apparaissait donc, en cette année marquée par le signe du Covid19, comme une belle réussite. Gageons que l'épreuve qui s'en va tranquillement vers ses deux décennies d'existence pourra capitaliser en 2021 sur ce beau succès... avec masques et distanciation en moins!

LES CLASSEMENTS

Commentaires

Revenir en haut de la page